Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/10/2015

Nos meilleurs amis...

Nos meilleurs amis – qui ne sont bons que d’être dévorés et ennuyeux que d’être dévorants – mettent un certain acharnement à contrôler nos lectures. Ainsi P*** : « Comment peux-tu relire Rimbaud après tellement d’années ? » La véracité de l’information ne les intéresse pas. Ils sautent sur la bûche apparente dans leur propre grille de lecture hiérarchisée. Il en va de même en musique – pour pointer l’apparente banalité de la démarche, alors qu’elle est dérision, mobilité du sujet sur la grille d’intensité des affects.

L*** me dit qu’elle va passer les dix années qui viennent à relire les livres qu’elle a lus au cours des dix années passées. Et M*** : « Je lis tes livres, mais je ne peux pas me souvenir de tout. »

Je me demande si on ne lit pas autre chose, finalement, que son propre oubli ? 

 

09/05/2015

La culture intensive du navet...

 

L’intelligence est en jachère ! Culture intensive du chien borgne, rampant, qui lèche la main du pouvoir, des pouvoirs. Tous ! Tous à la soupe ! Tous à la gamelle, charognards qui se gavent d’eau de vaisselle comme les cochons, mes frères. Que disait Céline de tous ces ahuris ? Les Français, « ces abrutis cochons vendus à toutes les charcuteries du globe. »  Qui pourra ainsi raconter l’imposture collective, démocratique qui me démange du côté du coeur, l’artifice des personnages qui jouent le rôle d’une pièce où ils sont eux-mêmes leur propre public, l’institution du mensonge en principe fondamental de l’humanisme béat et de la chiennerie politicarde ?

« Vous voudriez que je cherche

La moitié d’un cul à botter ?

En ces temps on ne voit par lerche…

Ils n’ont même plus d’ cul, les Français !

ILS ONT VOTÉ, ET PUIS APRÈS ?...

C’est un pays qui me débecte

Pas moyen de se faire Anglais

Ou Suisse, ou con, ou bien insectes

Partout ils sont con-fédérés »,

chantait Léo Ferré dans Ils ont voté.

Paul Nizan, lui, écrivait (Aden-Arabie) que la France, « capitale de l’esprit, fille aînée de l’Église, muse de la démocratie [est] un pays peuplé de conducteurs d’esclaves et d’esclaves dociles auxquels la longueur, chaque jour réduite de leurs chaînes donne encore l’illusion de la liberté et des allures de pouvoir ». 

24/11/2014

"Fumer tue"

Le théorème de Pythagore comprend 24 mots ; le principe d’Archimède, 67 ; Les Dix Commandements, 179 ; la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique, 300. Mais il y a plus de 35 000 lois en Europe en 2013 qui limitent ou interdisent la consommation du tabac !…

La société puritaine dans laquelle nous vivons, et dont seul le mercantilisme du sexe virtuel fait encore un peu illusion, met les interdits au poste de commandement de nos vies comme autant de signes d'une société obsédée par l'hygiène. Évidemment toujours pour notre « bien » qui est l’unique préoccupation de nos politiciens-législateurs… Puisque « fumer tue » et que l'État oblige à l’écrire sur les paquets de cigarettes et les boîtes de cigares, ne peut-on pas se demander alors pourquoi le tabac est toujours en vente libre ? Et si l'État n'est pas un assassin par négligence, en acceptant la commercialisation d’un produit dont il affirme lui-même qu’il tue ?

Va-t-on écrire sur les emballages que « le beurre donne du cholestérol » ? Sur les livres que « lire fatigue les yeux » – et distille parfois des idées qui incitent à la subversion –, sur les livres de Diogène, Voltaire, Diderot, Proudhon, Nietzsche et Gilles Châtelet que « leur lecture peut provoquer des révoltes graves »[1], et sur les postes de télévision que ceux-ci contribuent à abrutir et manipuler les foules ?

Enfin, puisque que ce qui tue le plus c'est la vie, je suggère à nos édiles de faire mentionner au fronton des maternités que « naître entraîne inévitablement la mort », ce qui n’est pourtant pas le cas de la cigarette. Et si cette mise en garde n'est pas suffisante, il serait judicieux d’interdire simplement la vie, afin d'empêcher la mort.

Puisque qu’on nous affirme que « fumer tue », j’imagine un individu qui fume depuis longtemps pour se suicider et qui, malgré tout reste toujours en vie : il pourrait alors faire un procès à l’État pour publicité mensongère !



[1] Quant à Rabelais, Baudelaire, Verlaine et quelques autres, les livres scolaires de la république « laïque » les ont déjà expurgés, comme le faisait jadis les religieux dogmatiques.