Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/11/2014

"Fumer tue"

Le théorème de Pythagore comprend 24 mots ; le principe d’Archimède, 67 ; Les Dix Commandements, 179 ; la Déclaration d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique, 300. Mais il y a plus de 35 000 lois en Europe en 2013 qui limitent ou interdisent la consommation du tabac !…

La société puritaine dans laquelle nous vivons, et dont seul le mercantilisme du sexe virtuel fait encore un peu illusion, met les interdits au poste de commandement de nos vies comme autant de signes d'une société obsédée par l'hygiène. Évidemment toujours pour notre « bien » qui est l’unique préoccupation de nos politiciens-législateurs… Puisque « fumer tue » et que l'État oblige à l’écrire sur les paquets de cigarettes et les boîtes de cigares, ne peut-on pas se demander alors pourquoi le tabac est toujours en vente libre ? Et si l'État n'est pas un assassin par négligence, en acceptant la commercialisation d’un produit dont il affirme lui-même qu’il tue ?

Va-t-on écrire sur les emballages que « le beurre donne du cholestérol » ? Sur les livres que « lire fatigue les yeux » – et distille parfois des idées qui incitent à la subversion –, sur les livres de Diogène, Voltaire, Diderot, Proudhon, Nietzsche et Gilles Châtelet que « leur lecture peut provoquer des révoltes graves »[1], et sur les postes de télévision que ceux-ci contribuent à abrutir et manipuler les foules ?

Enfin, puisque que ce qui tue le plus c'est la vie, je suggère à nos édiles de faire mentionner au fronton des maternités que « naître entraîne inévitablement la mort », ce qui n’est pourtant pas le cas de la cigarette. Et si cette mise en garde n'est pas suffisante, il serait judicieux d’interdire simplement la vie, afin d'empêcher la mort.

Puisque qu’on nous affirme que « fumer tue », j’imagine un individu qui fume depuis longtemps pour se suicider et qui, malgré tout reste toujours en vie : il pourrait alors faire un procès à l’État pour publicité mensongère !



[1] Quant à Rabelais, Baudelaire, Verlaine et quelques autres, les livres scolaires de la république « laïque » les ont déjà expurgés, comme le faisait jadis les religieux dogmatiques.

Les commentaires sont fermés.